Qu'appelons nous points de difficulté

Chaque montée sur climbfinder possède des points de difficulté. Ces derniers indiquent la difficulté d’une montée. Ainsi, les différentes ascensions sont faciles à comparer et à évaluer. Se vanter n’est désormais possible qu’avec ses points de difficultés.

Lengte en steilte samen maken een beklimming al dan niet moeilijk
Lengte en steilte samen maken een beklimming al dan niet moeilijk

La comparaison d’une montée à une autre est toujours un sujet de discussion. Bien que très peu de changements se fait sur une montée, la même ascension est légèrement différente à chaque fois. Parfois c'est le vent, parfois la forme du jour… et presque toujours le mental. Pour de nombreux cyclistes, une même ascension reste presque toujours aussi difficile que la dernière fois qu'il l'a faite. Outre ces différences plus ou moins subjectives, quelques facteurs cruciaux jouent un rôle dans la difficulté d'une ascension. La raideur et la longueur d'une montée rendent une montée difficile ou non. L'état de la route peut également jouer un rôle crucial, exemple: les pavés.

Encyclopédie Cotacol

Notre formule de calcul des points de difficulté est basée sur la légendaire Encyclopédie Cotacol des années 80, dans laquelle toutes les montées de Belgique ont été comparées. Deux cyclistes wallons passionnés ont parcouru toute la Belgique avec un niveau à bulle pour faire un profil de difficulté détaillé de toutes ces ascensions. Ils ont également proposé une formule sophistiquée qui permet de calculer la difficulté sur l'ensemble du parcours d'une ascension. L'Encyclopédie Cotacol est maintenant devenue un ouvrage standard et la formule est largement utilisée dans d'autres livres et en ligne.

Les sections abruptes sont exponentiellement plus difficiles

La formule cotacol ne prend pas en compte le gradient moyen d'une ascension, mais le divise en sections de 100 mètres. La formule attribue ensuite à chaque section un nombre de points de difficulté. Les sections abruptes obtiennent beaucoup de points. Par exemple, une montée régulière marque relativement moins de points de difficulté qu'une pente avec une section plus raide, même si elles ont le même dénivelé positif sur une même distance.

Deux courtes ascensions avec des dénivelés égaux possèdent des points de difficulté complètement différents de par leur composition.
Deux courtes ascensions avec des dénivelés égaux possèdent des points de difficulté complètement différents de par leur composition.

Précision

Heureusement, aujourd'hui, nous n'avons plus à cartographier chaque ascension avec un niveau. Des milliers d'enregistrements de compteur de vélo avec altimètres ont été mémorisés pour de très nombreuses pentes. De plus, des données géographiques d’une une précision extrême sont disponibles avec (LIDAR). Cela permet d'appliquer encore mieux la formule. Par exemple, nous pouvons maintenant découper des ascensions en tranche de 25 mètres, ce qui rend le calcul encore plus précis qu'il n'était possible à l'époque de l'Encyclopédie Cotacol.

Comparer les ascensions

Non seulement la formule fonctionne bien sur de courtes montées comme par exemple dans les Ardennes, mais les points de difficulté sont également idéaux pour comparer les mythiques ascensions des Alpes. Nous sommes tellement convaincus par la formule que nous l'utilisons également pour calculer les différentes catégories.

Bien que le nombre de points de difficulté soit parfait pour comparer des ascensions dans une même région, vous pouvez également comparer des ascensions très différentes, telles que l'Alpe d'Huez par rapport à la montée très raide en pavés de Koppenberg. Le nombre de points de difficulté vous indique la dureté d’une montée.

Martijn

Réponses (0)

Réaction

Si vous souhaitez réagir, créez un compte. Cela ne prend qu'une minute et c'est totalement gratuit.

S'inscrire

Avez-vous déjà un compte?